samedi 11 novembre 2017

Cérémonie du 11 Novembre 2017 à Kerguelen

A l’occasion du 99ème anniversaire de l’Armistice de 1918, les bâtiments et édifices publics de l’Archipel de Kerguelen ont été pavoisés aux couleurs nationales du Vendredi 10 Novembre au Dimanche 12 Novembre 2017.


Le 11 Novembre, une cérémonie a eu lieu au mat des couleurs, rassemblant l’ensemble du personnel de Port-aux-français autour du commandant des troupes, du personnel des trois armées et du représentant du préfet des Terres Australes et Antarctiques Françaises, Madame Annabelle Djeribi, chef du district.

Suite à la revue des troupes, à la montée des couleurs et à l’honneur au drapeau, le message de la Secrétaire d’Etat auprès de la ministre des armées a été lu avec émotion par l’autorité civile afin que la « Nation reconnaissante rende hommage et perpétue l’indispensable mémoire ». Après une minute de silence, l’hymne national a raisonné dans le vent et les vagues de la baie de l’Aurore Australe.

A l'’issue de la cérémonie, un apéritif dînatoire a été offert à la Mairie, résidence du chef de district de Kerguelen. 
La disker a rappelé la valeur de vivre en France ; une France à laquelle ont contribué par leur sacrifice ceux que nous honorons.

Nous remercions le personnel des trois armées et l’ensemble des participants, en particulier les personnels civils Sébastien, Alex, Alice, Alexandre, Joris et Hassen qui ont contribué au bon déroulement de cette cérémonie.


 Crédits photos: Annabelle Djeribi, Joris Laborie et Camille Lin.


dimanche 5 novembre 2017

Manip dépollution de site à Studer (Resnat et Ecobio 136)


En janvier 2012, une station météo a été installée au-dessus du val Studer, au pied du Mont Crozier par le programme IPEV 136 de Marc Lebouvier (partie gérée par Françoise Hennion).

Equipe d'installation - 2012

Cette station comprenait différents capteurs : pluviométrie, température de l’air, hygrométrie et température du sol à différentes profondeurs, vitesse du vent à 600 mètres d’altitude.
L’objectif de la récolte de ces données était de les mettre en parallèle avec la pousse des choux de Kerguelen dans ce secteur. Ainsi, chaque trimestre une équipe montait récupérer les données de la station et mesurer les choux. Le nombre de graines de choux dans chaque tête était parfois également compté !


Ce programme a maintenant pris fin. Il est donc essentiel de retirer les éléments polluants de l’environnement. Une équipe s’est montée pendant un week-end pour démonter la station et la redescendre à la cabane du lac Studer où elle sera héliportée lors d’une prochaine rotation du Marion Dufresne.
Equipe de dépollution - 2017











































Par un amusant concours de circonstance, le « géner » IPEV de l’époque, c’est à dire le  coordinateur logistique IPEV, Baptiste, qui avait contribué à l’installation de cette station, est à nouveau présent sur  Kerguelen, 6 ans plus tard, pour la dépolluer en tant que chef d’équipe de la Réserve Naturelle lors d’une manip’ conjointe entre l’IPEV et la Réserve Naturelle.



















Présentation du programme par l’Institut Paul-Emile Victor

La biodiversité végétale dans les Iles Subantarctiques : évolution, passée et future, dans les environnements changeants.
Le changement climatique actuel en région subantarctique a déjà un impact marqué sur les environnements de ces îles. Dans un objectif de conservation, il nous faut très fortement améliorer notre connaissance de la biologie des espèces végétales uniques de cette région afin d’évaluer leur potentiel à répondre au long terme à ces changements. Notre programme combinera des études macro- et microévolutives pour examiner les origines et l’évolution des plantes et des flores subantarctiques ainsi que le potentiel des espèces contemporaines à s’adapter aux changements climatiques actuels et futurs. Nous proposons une recherche interdisciplinaire impliquant la phylogénie, la transcriptomique, la cytogénétique et des analyses de la variation des traits le long de gradients abiotiques et biotiques. Cette approche combinée inédite permettra une compréhension fine de la capacité d’un changement de l’environnement à façonner la diversité végétale à travers une gamme d’échelles temporelles et géographiques.


Autres vues du Val Studer














lundi 30 octobre 2017

Flore: l'Aceana magellanica




L’Aceana est une rosacée de la pointe méridionale de l’Amérique du Sud et des îles australes. Elle forme des prairies touffues sur des terrains humides à moyennement secs d’une dizaine à quarantaine de centimètres de hauteur. 

Elle commence sa repousse au printemps austral, en septembre. Au début de l’été, les inflorescences rouges en boule apparaissent. A la fin de l’été, ses graines marron qui ont des petits crochets adhèrent aux poils, plumes et vêtements. C'est ce que l'on appelle la "zoochorie", le transport de graines par les animaux. Sur Kerguelen, ce sont principalement les mammifères (rennes, lapins, chats et rongeurs) ainsi que les oiseaux qui sont les vecteurs de dissémination.
Sur l'Archipel, des mesures de biosécurité sont en place pour éviter la dissémination de graines non présentes d'une zone géographique à une autre. Cette espèce étant présente sur l'ensemble du territoire, elle pourrait y échapper. Mais ce n'est pas le cas: comme ses crochets peuvent servir de support à d’autres graines, ils sont retirés avec patience par les manipeurs au retour de chaque sortie.
Avec les premiers froids, vers le mois d’avril, les feuilles se flétrissent.

Cette espèce est mentionnée dès les premiers rapports naturalistes de 1840 (passage de l’expédition de James Clark Ross à bord de l’Erebus et du Terror en 1840). Son ancien nom est Acaena sanguisorbae à cause de la couleur rouge sang de ses inflorescences. 
L’Acaena s’est mise à prendre une place considérable à partir de 1874 suite à l'introduction volontaire du lapin par le navire britannique Volage. Ceci, non seulement parce qu'elle résiste mieux à ce rongeur mais également parce qu’il a contribué à sa dissémination, créant à de nombreux endroits des habitats mono spécifiques. Aubert de La Rüe (1964) indique que l’Acaena n’est pas citée comme une espèce très fréquente par les premiers visiteurs des Iles Kerguelen (expéditions de Y. de Kerguelen, de Cook, de JC Ross, de FF Smith). Il en déduit que « l’Acaena, tout en étant présent en divers endroits, ne devait pas jouer un rôle très important dans le paysage végétal. Il est permis de penser que ce furent les Lapins... qui, en se multipliant rapidement, disséminèrent un peu partout les graines adhérentes de l’Acaena. »





 Article rédigé avec la participation de Baptiste Ginollin.

   

Conphoker – Le concours photos de Kerguelen

Un concours photo est lancé sur Kerguelen. Le thème de ce mois-ci était : « les éléphants de mer ».
Carine a remporté le prix « esthétique » avec « Tranquille la vie d’éléphant de mer » (la digestion après un bon repas).

Elle est ex-aequo au prix « expressif » avec son : « Pourquoi tu me regardes ? » 



















 et « à qui le tour ? » de Joris Laborie:
Photo: Joris Laborie
 Joris à commenté ainsi sa photo : « En cette période, pas de pitié, c’est la loi du plus fort. Quoi de mieux que d’exprimer sa force par la peur. Ce pacha titanesque fait jouer ses atouts pour faire fuir tout autre prétendant. Pointe Morne, Kerguelen, Septembre 2017 ».

Portrait d'hivernant: Manon, vétérinaire du programme popeleph

Qui es-tu, d’où viens-tu Manon ?
Je suis vétérinaire tout juste diplômée depuis le mois de juillet et parisienne. J’ai 26 ans.
J’ai toujours grandi avec toute sorte d’animaux et j’ai la vocation d’être vétérinaire depuis mon enfance. Je vis dans une maison peuplée de chats, chiens, lapins, poules, tourterelles, tortues, gerbilles, octodon et rats.

 Quel est ton parcours pour venir à Kerguelen ?
J’ai passée ma thèse juste avant de partir au mois de juillet sur le guépard asiatique, une sous espèce de guépard en danger critique d’extinction qu’on ne trouve plus qu’en Iran.
Auparavant et grâce ma scolarité à l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort (ENVA), j’ai déjà pu voir du pays : j’ai effectué un stage en Argentine dans une réserve avec des pumas, et au Vietnam l’année précédente dans un petit village de montagne pour travailler sur l’élevage familiale de cochons noirs.

Comment as-tu entendu parlé du programme ?
Cela m’est un peu tombé dessus car la directrice d’un des programmes auquel je suis affiliée est maitre de conférence en éthologie à l’ENVA. C’est elle qui a mis l’annonce dans la promotion sortante de l’école vétérinaire et j’ai postulé ! 







Quelles ont étés tes motivations ?
Faire quelque chose d’exceptionnel, voir du pays, travailler avec des animaux avec lesquels je n’aurai probablement pas trop l’occasion de retravailler. J’aime aussi l’expérience de terrain, travailler en extérieur.
Que fais-tu ici ?
Mon rôle principal est l’implantation sous cutanée d’enregistreur de rythme cardiaque en temps que vétérinaire. Autrement, je suis participe à toutes les autres tâches du programme popeleph : peser, mesurer, identifier et prélever des échantillons biologiques des éléphants de mer avec mes deux collègues.
Entre les séjours propres à mon programme, je vais en découvrir d’autres en donnant un coup de main pour les manipulations d’autres espèces.
Une anecdote de popeleph ?
Il y a un mâle que nous avons appelé Fleur parce qu’il avait une marque en forme de fleur et nous pensions qu’il était doux. En réalité, il était très agressif et portait très mal son nom et avait tendance à nous charger si on s’approchait trop de ses femelles !






Quel est le bilan de ton mois et demi passé à Rivière du Nord ?
Lorsqu’on est dans un cadre aussi paradisiaque, les considérations techniques de confort, comme prendre des douches dans une eau à 2° ou se frayer un chemin parmi les bonbons pour aller laver son linge, restent bien lointaines…

Comment c’était de vivre à 3 dans une cabane isolée pendant un mois et demi ?
J’ai eu la chance de tomber sur 2 personnes hyper faciles à vivre donc je n’ai pas du tout ressenti de sensation d’isolement ou besoin de m’isoler. Malgré l’exiguïté de la cabane, Rivière du Nord est bien assez grand pour trois.






Sais-tu ce que tu vas faire ensuite ?
Travailler en clinique pour mettre en pratique les connaissances apprises à l’école sinon cela se perd vite.









Penses-tu tirer profit de ton expérience à Kerguelen d’un point de vu professionnel ?
Oui car j’aimerai entrecouper mon travail en clinique par des expériences de terrain et cela peut servir d’avoir des expériences atypiques comme celles-ci.







As-tu un souvenir de Rivière du Nord à partager ?
Les relations rigolotes que l’on peut lier avec la faune locale : notre « bonbon de garde » Dick troisième du nom et Baltazar, chaton nouvellement sevré qui nous avait adopté en temps que voisin provisoire.







   

Philatélie du mois



Création de plis philatélique suite aux passages des bateaux de pêches français « L’ile de la Réunion » et « le Saint André ».

Météo du mois et paysages de Kerguelen



Les moyennes de toutes les températures ont été supérieures aux normales de 0,8 à 1,2°, les moyennes et minimales se plaçant même en 2ème position depuis 1950 derrière les records d’octobre 2016. Les précipitations sont aussi supérieures à la normale de 9,5% et se concentrent principalement sur la deuxième moitié du mois. Encore 6 jours de neige dont 10 cm tombés en fin de mois (le 28). Le vent est plutôt calme avec seulement 2 jours dépassant les 100 km/h.

Manchots papous - Rivière des glaciers
Levé de soleil sur la base de Port aux Français

Pointe Molloy

Pointe Molloy

Anse des papous


Albatros fuligineux

Baie des cascades

Skua


Tripode au col du Château