mardi 14 novembre 2017

Portrait d'hivernant - Clément - Popchat

Qui es-tu, d’où viens-tu Clément ?
J’ai 27 ans et je suis originaire de Bretagne.

Quel est ton parcours pour venir à Kerguelen ?
J’ai un master en biologie « protection des milieux aquatiques » et un parcours naturaliste, principalement en ornithologie. Ce qui me plait à la base, c’est la protection de la nature, des oiseaux et des mammifères. Le travail de terrain en extérieur m’intéresse plus particulièrement.
J’ai travaillé une année dans une association de protection de la nature en Lorraine : 6 mois de service civique et une année de travail à « LOANA » : Loraine Association Nature, en tant que chargé de mission.

Comment as-tu entendu parlé du programme ?
J’ai entendu parler des Taafs par un ami en master, j’ai tout de suite été séduit et cela est devenu un objectif pour moi pour la suite. J’ai d’abord postulé sur des missions ornitho. Lorsque j’ai entendu parler du programme Popchat, j’ai eu l’impression que ce programme me correspondrait bien. J’ai rencontré la responsable du programme, et j’étais encore plus motivé.
Le programme Popchat me correspond bien parce que c’est une mission très fortement terrain et une étude très diversifiée sur les mammifères introduits avec une composante de protection des oiseaux.

Quelles ont été tes motivations ?
J’avais envie de découvrir ces coins là et de m’investir dans un programme comme celui-ci. Avoir l’opportunité de passer une année ici, de réaliser un hivernage au niveau professionnel comme personnel et humain est formidable.

Qu’as-tu fait ici ?
Cela consiste en plusieurs missions de terrain de 10 à 15 jours en cabane sur différents sites de l’archipel pour effectuer les suivis. Cela représente environ 250 jours de terrain par an. Il n’y a pas de cycle biologique à suivre, contrairement aux autres programmes, donc les activités ont lieu toute l’année y compris en hiver. Il y a beaucoup de marche et beaucoup de chats !

Une anecdote de Popchat ?
Le petit plaisir est de donner le choix du nom des chats aux manipeurs. Ils sont souvent choisis avec un jeu de mot autour de « chat » : « grain d’amour », « pichapeau », « pot de paille », « ‘rlotte aux fraises»…

Quel est le bilan de ton hivernage ?
Je me suis éclaté sur mon programme, le terrain était très riche, humainement aussi. J’ai toujours été très bien accompagné. J’ai adoré la vie en cabane. J’ai toujours eu une très bonne équipe. Que du bon !
Mis à part les quelques soucis logistiques liés aux avaries des moyens maritimes à disposition, je ne retiens que le positif. Cela aura été une très bonne expérience et une très grande chance.

Sais-tu ce que tu vas faire ensuite ?
Non pas exactement. J’aimerai bien continuer à réaliser des missions de terrain, du travail en extérieur, m’investir dans des programmes de recherches ou de protection / conservation de la nature.
Au retour, il y a un mois de dépouillement au CNRS de Lyon, et ensuite, en route vers de nouvelles aventures !

Pourquoi es-tu sensibilisé à la protection de la nature ?
Parce que tout est fragile, c’est du bon sens que de vouloir la protéger.

As-tu un souvenir de Kerguelen à partager ?
Les grandes colonies de manchots, les poussins d’albatros, les milliers d’éléphants de mer sont des souvenirs inoubliables.
Les aspects de vie en cabane, le pain de cabane et les bons moments avec les manipeurs resteront aussi des bons souvenirs.



lundi 13 novembre 2017

Météo du mois et paysages de Kerguelen



Le cumul de précipitations du mois de septembre a été légèrement supérieur à la normale (12% d’excès) avec des chutes de neige la moitié du mois (15 jours) dont une journée tardive avec 14 cm de neige fraîche tombée en fin de mois. 











L’ensoleillement est excédentaire sur les 2 dernières décades mais les températures correspondent aux normales tout comme le vent, qui a soufflé 5 fois à plus de 100km/h.






   

Les GPS sont formés




Pour assurer la sécurité, des Groupes de Prévention Sécurité sont formés. Ils ont notamment pour objectif d’intervenir en cas d’incendie : ce sont les pompiers de Kerguelen. 






Trois groupes viennent de finir l’ensemble des modules de formation dispensés par Sébastien, pompier professionnel et de valider les épreuves finales. Dans chacun des groupes, une équipe d’attaque, une équipe de protection et une équipe de soutien (chauffeur, pompe) sont prêts à intervenir en cas d’incendie ou d’autre urgence  autour d’un Directeur d’Intervention et d’un Directeur de Lutte.

                     












Une cérémonie de lancement des nouveaux groupes a été organisée avec remise de lots pour les 3 pompiers ayant réalisé les meilleurs temps lors d’une épreuve chronométrée.  Félicitations à Alex et Alice pour l’équipe de « pompier légers » et à Andy pour l’équipe de « pompier lourd ».







Chaque mois, différents exercices seront mis en place pour simuler des incidents, améliorer nos compétences et réactions pour être prêts à intervenir au besoin.